Nouvelle aventure scolaire!

mars 28, 2010

La magie des cartes heuristiques

Filed under: TIC — jsabourin13 @ 8:43
Tags: ,

J’ai déjà abordé un peu le sujet des cartes heuristiques (mindmap en anglais) au moment de la préparation du projet de scolarisation à la maison. En temps normal, avec mes capacités de concentration et de mémorisation optimales, je n’aurais pas eu besoin de ce genre d’outil. C’est peut-être pourquoi je n’ai jamais eu tendance à y voir une solution vraiment intéressante, pour moi ou mes élèves. Eh bien, ce temps est révolu! Je suis maintenant une fervente, et satisfaite, utilisatrice des services comme, Mindmeister (service en ligne) ou, mon petit dernier, MyThoughts (logiciel Mac). Deux petits bijoux dont j’ai fait la connaissance grâce à une liste assez complète comme celle-ci.

Il y en a pour tous les genres… En ligne, ou pas, très colorées ou neutres, gratuites ou payantes, formelles ou plus organiques. Il en existe même sous forme d’applications iPhone comme simplemind Xpress ou encore conçues tout particulièrement pour les jeunes élèves comme le très intéressant Inspiration distribué par Demarque au Québec.

L’important, d’après moi, est de s’y sentir à l’aise pour bien développer ses idées. Parce qu’il est là l’élément-clé de cet outil : pouvoir se concentrer sur l’organisation de ses idées de la manière la plus naturelle possible. Il doit être simple d’utilisation, avec une interface le plus intuitive possible pour laisser toute la place au processus d’éclosion des idées.

mars 26, 2010

Écriture manuscrite et orthographe, un lien à faire?

Filed under: École à la maison — jsabourin13 @ 5:08

Nous venons de terminer notre première semaine de travail à distance et c’est le temps pour moi de faire un petit bilan.

Bien que les premiers jours ont été moins productifs que lorsque nous sommes en présence l’une de l’autre, je suis très satisfaite de notre expérience globale. C’est également l’avis de ma fille qui a tellement apprécié les possibilités que nous envisageons sérieusement de revenir à un horaire d’une semaine sur deux, en alternance. Les occasions ne manqueront donc pas pour expérimenter.

Parlant d’expérience, il y en aurait peut-être une à mener, si ce n’est pas déjà fait, sur le lien entre l’apprentissage de l’orthographe et la méthode utilisée pour rendre un texte. Je m’explique… Une des activités que nous utilisons régulièrement est la dictée, un classique qui a eu ses moments de gloire et de misère en éducation. Je ne veux pas m’étendre sur les raisons de mon choix pédagogique, mais plutôt sur la façon de faire faire celle-ci. Comme je suis dans la quarantaine, il y a quelques habitudes qui me sont restées et c’est probablement pourquoi nous avons fait l’usage d’un petit cahier depuis le début. Et c’est sûrement pourquoi j’ai tenté de faire de même en début de semaine malgré le facteur distance. Et c’est pendant que j’attendais, sans savoir où en était rendue Marianne dans sa dictée, que j’ai enfin « cliqué ». Eh oui, vous y avez probablement déjà pensé… Le traitement de texte!

Bon c’est génial, je vais pouvoir mieux suivre la progression et, en plus, ça devrait être plus rapide. Et c’est tout à fait ce qui est arrivé, malgré des réticences en provenance de ma progéniture au tout début. Mais petit à petit, je voyais ,par son ton de voix, et sa confiance qui s’améliorait au fil du texte, qu’on avait là une méthode beaucoup plus satisfaisante. Surtout il y a eu une petite surprise en prime… Le nombre de fautes d’orthographe a été significativement moins grand que d’habitude. Il est évident qu’on ne peut se fier à un seul essai pour sauter immédiatement aux conclusions, mais il y a peut-être un lien réel, neurologiquement parlant, entre l’écriture manuscrite versus celle numérique pour l’apprentissage de l’orthographe. Un peu de la même façon qu’il est possible d’avoir fait fausse route avec la technique des mots étiquettes implantée dans nos écoles depuis maintenant un bon moment, tel que dénoncé dans cet article de Québec Science.

À défaut de recherches sur le sujet, je suis tombée sur ce programme:

http://www.fqrsc.gouv.qc.ca/upload/nouvelles/fichiers/nouvelle_238.pdf

Comme quoi tout reste encore à découvrir dans le merveilleux monde de la didactique du français…

mars 24, 2010

Présence virtuelle

Filed under: Enseignement à distance — jsabourin13 @ 4:37

Nous en sommes maintenant à notre troisième journée d’école à distance et j’ai l’impression que nous sommes parvenues à un arrangement plutôt convenable.

Voici donc un petit résumé de la journée, qui a été consacrée à une petite évaluation des notions vues dernièrement:

  1. Sélection de quelques pages d’un cahier d’exercices que j’ai à la maison.
  2. Numérisation des pages et envoi du fichier à l’adresse de papa Richard.
  3. Réception et impression par celui-ci pour les remettre à Marianne.
  4. On se téléphone pour ensuite se brancher par Skype.
  5. Ouverture du programme TeamViewer et confirmation du nouveau mot de passe.
  6. Marianne s’installe pour commencer les exercices. Ce matin, ce sont les mathématiques seront testées.
  7. Pendant ce temps, ayant le contrôle sur l’ordinateur là-bas, je cherche l’imprimante tout-en-un et la prépare pour effectuer des numérisations.
  8. Dès que ma fille a complété une des pages, je lui demande de l’installer sur la vitre du numériseur et j’en fais un « scan » en tant qu’image.
  9. Une fois la page numérisée, j’ouvre celle-ci dans MS Paint et y fait les corrections grâce à l’outil pinceau.  J’ajoute également quelques remarques avec l’outil écriture.
  10. Lorsque j’ai terminé, Marianne vient s’assoir devant l’écran et nous regardons ensemble les résultats de la correction.
  11. Si la situation l’exige, certains exercices sont retravaillés et le tout est suivi d’une nouvelle numérisation.
  12. Nous procédons de la même manière pour chaque page du travail de mathématique.
  13. Après la pause-diner, c’est au tour du questionnaire sur le français de se faire transférer d’ici à là-bas, mais cette fois-ci c’est moi qui m’occupe du transfert de fichier et de l’impression.
  14. Nous reprenons notre petit manège avec le numériseur jusqu’à ce que tout soit complété, corrigé et vérifié.
  15. Les pages numérisées sont sauvegardéres et seront éventuellement versées au eportefolio de Marianne.

Après cette journée, bien remplie, Marianne peut, maintenant, aller rejoindre ses amies qui viennent également de terminer leurs cours. Amuses-toi bien ma chouette 😉

mars 23, 2010

Le français à distance

Filed under: Enseignement à distance,TIC — jsabourin13 @ 2:10

Aujourd’hui, c’est au tour de la matière-reine des écoles québécoises d’être l’objet de mon attention. De plus, certaines circonstances ont fait en sorte que ma fille ne soit pas avec moi à la maison comme c’est le cas habituellement en début de semaine. Nous avons dû improviser un peu pour parvenir à travailler une des dictées prévues au programme.

Pour la communication, nous avons utilisé le bien connu Skype doublé du logiciel de contrôle à distance TeamViewer. Le matériel pédagogique, que j’ai justement choisi en fonction d’une utilisation à distance périodique, est un produit de la maison d’édition E.R.P.I.  Il s’agit ici du cahier « 40 dictées pour réussir en français ». Celui-ci est assorti d’un compagnon web qui donne accès à une version sonore de chacune des dictées. Votre enfant peut donc faire une première écoute de la dictée, plus rapide sans écrire, et une deuxième, à un rythme mieux adaptée pour l’écriture. Il est possible de réécouter la dictée autant de fois que nécessaire.

La façon de gérer la bonne marche de l’opération va dépendre de l’âge, du contexte matériel et de l’habileté de l’enfant en matière informatique. Dans mon cas, j’ai préféré prendre les commandes pour la majorité de la session, surtout qu’il s’agissait de notre première tentative. Mais donner quelques consignes et être disponible pour dépanner en cas de besoin seulement peut suffire aussi.

Pour la correction de la dictée, plusieurs solutions sont également  envisageables. Nous avions la chance d’avoir un adulte sur place avec elle, mais une simple numérisation aurait pu aussi se faire. La prochaine fois, je pense aussi utiliser un traitement de texte pour voir comment ma fille se débrouille au clavier.

En attendant, voici quelques suggestions d’applications iPhone /iPod Touch pour pratiquer ou avoir sous la main quelques références, en français, bien entendu, et toutes gratuites:

Et pour se divertir tout en favorisant l’apprentissage du vocabulaire:

mars 22, 2010

Et une petite pour la science!

Filed under: École à la maison — jsabourin13 @ 2:48

Aujourd’hui, je me fais plaisir avec une application iPhone/iPod Touch à caractère scientifique.  Voici speed anatomy (disponible en version lite, ou non). Présentée sous forme de jeu qui demande rapidité d’esprit et précision, cette application permet de faire le tour des différents systèmes anatomiques en vue d’être prêt pour un examen ou simplement pour parfaire vos connaissances en la matière. Vous pouvez l’utiliser en français, en anglais, ou encore, passer d’un à l’autre, selon vos besoins.  Les schémas ont le charme antique des illustrations anatomiques des vieux ouvrages de médecine et l’interaction est plutôt agréable.

Je vais en profiter également pour faire part d’une autre ressource intéressante en lien avec l’étude de la biologie humaine à tous ceux qui ont la chance de posséder un Mac… Il s’agit du programme de visionneuse DICOM Osirix offert gratuitement en version grand public.  Assortie de leurs ensembles d’images, cette offre vous permet de faire visionner le corps comme jamais auparavant à vos élèves.  Les images tirées de la technologie d’images MRI sont tout particulièrement époustouflantes surtout que vous pouvez choisir différents points de vue avec le logiciel.  Il existe les versions professionnelle et mobile, mais elles sont payantes.

Et pour me faire pardonner des utilisateurs de PC… Voici un petit logiciel gratuit sur les yeux fort étonnant et charmant que j’ai utilisé dernièrement avec ma fille en prélude à son premier examen ophtalmologique.

mars 20, 2010

Parenthèse éditoriale…

Filed under: Réforme scolaire,TIC — jsabourin13 @ 4:47

Assez, c’est assez! Y’ en a marre…

Devoirs ou pas? Réforme ou pas? TIC ou pas TIC? Intégration des EHDAA ou pas? Pantoufles ou pas tant qu’à y être… Connaissez-vous un métier qui suscite autant de débats dans la population? À quand les questionnements sur les méthodes de chirurgie, mécanique ou mise en plis? ? Vous pouvez faire la différence entre un rachis et une épidurale? J’ai eu un mélange des deux à la naissance de ma fille. L’anesthésiste est venu me demander si ça me dérangeait s’il essayait ça. « C’est tout nouveau » qu’il m’a dit tout heureux de sa chance de tenter l’expérience avec moi. Je n’ai pas eu le courage de lui dire non devant tant d’enthousiasme professionnel. Pourtant, je n’en menais pas large rendu à la porte du bloc opératoire. Après 4 heures d’attente pour une césarienne prévue d’avance, c’est dur de faire marche arrière. Est-ce que j’ai eu des doutes sur sa capacité à faire son travail? Pas une seconde… C’est lui le spécialiste et ma connaissance du domaine de l’anesthésie ne me permet pas d’avoir une opinion éclairée sur le sujet. Je ne dis pas qu’il s’agit de faire confiance aveuglement, mais bien d’avoir la conviction qu’une personne qui a pris la peine de faire des études dans le domaine et qui, en plus, reste au fait des avancées sur le sujet, mérite mon respect. Et ça se traduit par une confiance sereine de ma part.

Et j’en profite ici pour faire une mise au point. Le fait d’avoir passé par les bancs d’école ne fait pas de personne un(e) enseignant(e).  Ça demande au moins 17 ans de scolarité, dont 4 qui vous prépare à la pédagogie dans un domaine particulier, et, ensuite, la pratique en classe. Et j’ajouterais même que ça prend quelques années encore pour savoir si vous êtes vraiment fait pour ça. Combien quittent la profession dans les 5 premières années??? 20 % environ… Vous avez déjà enseigné il y a plus de 5 ans peut-être… Eh bien vous ne savez pas ce qu’est devenue la profession. Les changements ont été trop importants au niveau de la structure pour que vous vous y reconnaissiez et, en plus, l’avenir ne laisse rien présagé de mieux, au contraire.

L’acte d’enseignement est complexe et demande un haut niveau de compétence. Les Finnois semblent l’avoir compris d’après ce qu’on peut lire au sujet de leur système d’éducation. Je n’implique pas qu’on ne peut pas avoir une opinion sur le système éducatif, les écoles, les enseignants ou autres. Mais à quoi peuvent bien servir les innombrables commentaires négatifs, accusateurs ou peu porteurs sinon à rendre plus pénible encore le fait d’essayer d’enseigner au Québec. Ce ne sont pas des avis, aussi experts soient-ils, qui vont permettre d’améliorer quoi que ce soit, mais bien un soutien réel de la société. D’ici là, on aura ce système que tout le monde semble prendre un malin plaisir à dénigrer sans vraiment le comprendre.

De mon côté, je vais me contenter de pratiquer mon métier, tant bien que mal, en périphérie surtout, avec, pour l’instant, ma fille comme seule élève…

Correction de la diction grâce au Dragon dans mon iPhone

Filed under: École à la maison — jsabourin13 @ 8:28

Dernièrement, pendant un petit moment de détente avec ma fille, nous avons découvert une petite application qui pourrait certainement servir à certains enseignants d’anglais langue seconde. Pour vous mettre dans le contexte, sachez que Marianne a eu la chance de participer à un bain linguistique pendant la première moitié de l’année. Au début, j’avoue avoir eu quelques doutes, car ma fille ne m’avait jamais semblé avoir un goût particulier pour l’apprentissage des langues. Quelle ne fut pas ma stupéfaction de constater avec quel bonheur elle a pu apprendre et je dirais même presque maîtriser l’anglais en si peu de temps. J’en suis même jalouse tellement sa diction est supérieure à la mienne… Et nous avons justement pu le constater avec Dragon dictation. En plus d’être entièrement gratuite, cette application est d’une simplicité d’utilisation remarquable. En un rien de temps nous avons pu comparer notre diction anglo-saxonne. Que de rires et d’exclamations devant mes résultats… Est-ce que je vous ai dit que mes parents sont des séparatistes convaincus??? Ah les excuses!   Enfin, je crois que vous pouvez comprendre le potentiel ici… N’étant pas spécialiste, je vous laisse voir ce que vous en pensez.

Pour ceux qui connaissent et se demandent s’il y a un lien de parenté avec le logiciel de reconnaissance vocale Dragon naturally speaking, c’est en effet le cas.

mars 19, 2010

Allez Hop!

Filed under: École à la maison,TIC — jsabourin13 @ 10:22

Connaissez-vous Hop! Écrire? Il s’agit d’un logiciel propriétaire d’aide à l’écriture d’histoires, contes, récits… J’en ai fait la découverte en cherchant ce qui existait pour permettre à ma fille de travailler sur un des projets qui lui tenaient à coeur depuis un certain temps, l’écriture d’un livre. Il faut savoir que la lecture est quelque chose qui occupe une place de choix ici. Le Salon du livre est même un de nos événements préférés. Marianne y a fait la découverte de tellement de beaux trésors et des rencontres intéressantes avec des auteurs que, pour elle, le monde ne serait pas aussi enrichissant sans ses livres. Mais du haut des ses 11 ans, la tâche n’est pas nécessairement aisée. Comment organise-t-on ses idées pour ne pas les perdre en chemin? Et la motivation dans tout ça? Un texte écrit au va-vite sur quelques feuilles ce n’est pas nécessairement engageant. Et maman, bien qu’une grande lectrice elle aussi, n’a pas trop la fibre écrivaine d’oeuvres fantastiques.

En plus, les éditeurs du logiciel ont pensé à l’après-écriture en offrant un service de publication sur internet.

Je ne dis pas que c’est un logiciel essentiel, mais il donne certainement à l’écriture, des airs ludiques.

mars 18, 2010

Confession et applications…

Filed under: École à la maison,TIC — jsabourin13 @ 1:51

Je vous l’avoue tout de suite, j’ai une manie terrible. Vous savez du genre qu’on n’arrive presque pas à contrôler…  Ça a commencé vers la fin du secondaire avec les commodores vic 20 et 64. Je me souviens vaguement d’un jeu de poker et de Tétris dans ses débuts. Présentement, j’ai en ma possession un iMac (alu/2007), un MacBook 13″ (unibody /fin 2008), un iPodTouch 1G (refilé à mon fils depuis), un iPhone 3G (confié à ma fille, puis à mon chum…), et un iPhone 3GS. J’essaye sérieusement de ne pas penser au iPad…  Pas facile!

Si j’en parle, ce n’est pas pour obtenir l’absolution, mais plutôt pour introduire une section applications iPhone/iPodTouch dédiée à un usage pédagogique. Je considère que les nouveaux dispositifs, qui mettent la technologie entre nos mains et ouvrent de nouvelles possibilités, sont, non pas une panacée, mais bien une avenue encore inexplorée et souvent propice à des découvertes surprenantes. Si vous êtes de ceux qui redoutent tout apport technologique en éducation, je vous dirais que la seule chose qu’il y a à craindre, c’est une division entre deux mondes, le vôtre et le leur…

Mais trêve de tergiversations… Je vous donne d’abord mes critères de sélection.

Lorsque je confie mon appareil à ma fille, il faut que l’application :

  • Soit simple à comprendre et à manipuler
  • Offre une rétroaction
  • Aie un design de qualité (pas trop chargé, agréable et adapté à l’âge)
  • Possède un mécanisme de suivi (sauvegarde des résultats, en ligne ou non)
  • Offre une version française (autant que possible)
  • Permets l’essai avant l’achat si elle n’est pas gratuite (de préférence)

De votre côté, il est important de savoir quel est l’objectif à atteindre pour faire un choix opportun.  Prenons, en exemple, le problème de ma fille avec les multiplications.  Ce n’est qu’une question de pouvoir lui faire apprendre ses tables sans que ça soit trop rebutant.  Je dois pouvoir suivre ses progrès pour m’assurer que ça ne soit plus un obstacle dans ses apprentissages futurs.

Comme il existe plus de 150 000 applications, que les catégories ne sont pas toujours respectées et qu’en trouver avec version française est plutôt ardu, je visite régulièrement le site suivant.  C’est un incontournable s’il est nécessaire d’avoir un outil en français.  Après une recherche dans leur moteur de recherche avec les termes multiplication et mathématique, j’ai pu réduire mes options à celles-ci:

Math drills : mon choix numéro 1 car il respecte tous mes critères (en version payante, à 1.99$) en plus d’offrir des possibilités supplémentaires.

iFlashMath : le seul choix gratuit mais n’offre pas de suivi.

Simple-Math : très jolie interface qui plaira aux plus jeunes, suivi possible. Pas de version d’essai disponible.

imultiplication : spécialiste en multiplication, il offre un suivi et une rétroaction intéressante pour un enfant.  Pas de version d’essai gratuite.

Tables flash : un autre spécialiste de la multiplication sans suivi et version gratuite mais agréable à l’usage.

Comme je suis déjà lancée sur les applications iPhone / iPod Touch spécialisés en mathématiques, en voici d’autres, gratuites, qui se concentre sur la notion des fractions par le positionnement. Elles sont toutes en anglais seulement mais l’usage est assez simple pour que ça ne soit pas un obstacle insurmontable.

Number line


Fraction factory

Mathtappers

Une petite dernière…  Sa version gratuite peut servir d’exercice de révision pour les fameuses complémentaires des premières années du primaire.

Match-up Math

mars 16, 2010

Exerciseurs en ligne

Filed under: École à la maison,TIC — jsabourin13 @ 10:49

Il est important de trouver quelques aides extérieures pour développer l’autonomie de votre enfant et aussi, avouons-le, pour vaquer à d’autres occupations. (D’ailleurs, nous sommes actuellement côte à côte dans le bureau…)

Les modules d’exercices sont également un moyen de vérifier les acquis, la progression ainsi que l’assiduité de l’élève. En voici quelques-uns qui permettent justement tout ça, avec plaisir d’apprendre en prime… La liste sera complétée en fonction de mes découvertes les plus intéressantes.

Pour les mathématiques :

Il s’agit d’un module qui fait partie d’un ensemble français très étoffé, sesamath, sur lequel vous trouverez des ressources pour tous les niveaux. Ma fille est tombée sous le charme des ceintures à gagner en échange d’une séance d’exercices sur les opérateurs de base. Seul petit bémol, les Français n’ont pas tout à fait la même hiérarchie des apprentissages qu’au Québec, mais il est facile de vérifier si les exercices conviennent ou non à votre situation, car le tout est bien identifié.

Voilà un produit québécois qui n’a pas à rougir face aux autres. Son origine en fait donc un outil adapté et qui se renouvelle constamment en fonction des changements qui ont souvent lieu pendant la mise en place de nouveaux programmes. Son approche est globale donc l’élève aura à sa disposition explications, exemples, cheminement progressif et même de l’aide en direct selon un horaire donné. Graphiquement c’est un régal… Allez faire un petit tour dans l’historique pour faire connaissance avec l’équipe dynamique qui est derrière ce service.

Les termes service et produit ne sont pas utilisés ici par hasard, mais bien pour faire comprendre qu’il s’agit d’un outil payant. Vous avez droit à une démonstration gratuite, mais il devient vite évident que l’abonnement est pratiquement incontournable surtout si vous souhaitez suivre la progression des apprentissages. Ici, je pourrais soulever le sujet de la gratuité, du partage des ressources… Mais je préfère remettre ça à plus tard. Le service est disponible et de qualité d’après mon expérience jusqu’à maintenant.

Pour les plus vieux et/ou pour ceux qui savent que les mathématiques sont un sujet passionnant et divertissant. Les exercices se retrouvent à la section Math en jeu et l’on doit s’y inscrire pour jouer. Il s’agit d’une réalisation de l’Université de Laval.

Pour le français :

Le site du CCDMD propose une section amélioration du français extrêmement intéressante qui ne se limite pas aux seuls exercices interactifs. Outils de diagnostic, capsules linguistiques, jeux pédagogiques, guides pour le tutorat…  Le tout agréable à utiliser et complètement gratuit. Par contre, il est plus difficile de suivre votre élève dans son cheminement, car il n’y a pas de dispositif d’enregistrement intégré au site.

Beaucoup d’exercices interactifs disponibles pour tous les aspects de l’apprentissage du français. Un interface d’apparence moins professionnelle selon mes goûts, mais la quantité d’activités est remarquable. Le suivi est assez difficile à effectuer.

Il fallait y penser… Le célèbre Bescherelle de nos années à l’école. Il s’est modernisé jusqu’à nous offrir ce site mignon comme tout qu’il fait bon explorer pour y apprendre les rudiments du français. Même des dictées y sont proposées grâce à des enregistrements. Bon pour tous les niveaux de compétence.

Les multidisciplinaires :

Un incontournable de l’aide aux devoirs issus du milieu pédagogique, allô prof fait le tour des matières et offre du support de la première année du primaire jusqu’à la dernière du secondaire. Surtout connu pour son service téléphonique, mais de plus en plus intéressant pour ses exercices interactifs et ses capsules vidéo explicatives. Le matériel n’est pas complété dans certaines matières et il n’y a pas de service de suivi pédagogique automatisé pour l’instant.

Petit ajout de dernière minute sympathique en provenance de la Belgique. Je vous en reparle bientôt.

« Page précédentePage suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.