Nouvelle aventure scolaire!

juin 21, 2010

Clôture

Filed under: École à la maison,Réforme scolaire — jsabourin13 @ 12:40

Ce fut une courte expérience, mais qui m’a permis d’apprendre plusieurs choses, dont le fait que toute l’expérience accumulée au secondaire pendant presque 20 ans ne fait pas de moi une enseignante nécessairement qualifiée pour le primaire. C’est avec humilité que je m’incline face à l’ampleur de la tâche qui est celle des mes collègues.  J’ai tenté, presque jusqu’à m’en rendre folle, de démêler la matière à voir en mathématiques et en français juste pour en faire un semblant de synthèse. En voici le résultat:

Et là je ne vous parle pas des autres matières… Le travail est titanesque et les résultats sont… Eh bien si seulement je pouvais être fixée sur ceux-ci. Mais après 6 semaines d’examens du MELS (la pratique et la session formelle) et un porte-folio remis à la fin du mois de mai, voici où nous en sommes d’après ce courriel reçu ce matin de la part de l’enseignante de sixième année qui a fait faire les examens de Marianne:

« Bonjour,
J’ai discuté avec l’orthopédagogue qui a analysé le portfolio de Marianne, et nous ne pouvons nous prononcer sur le classement de Marianne l’an prochain.  Mylène a recommandé que Marianne ait de l’aide, mais c’est à la commission scolaire de prendre la décision concernant son classement et l’aide que peut recevoir Marianne dépend de l’école qu’elle fréquentera.  L’analyse de Mylène a été envoyée à la commission scolaire, nous n’avons pas gardé de traces de cela.  Je crois que c’est à la commission scolaire que vous aurez plus de réponses à vos questions.
Désolée de ne pouvoir vous aider davantage.
Bon été. »
Avouez que ça laisse perplexe…
Publicités

mai 31, 2010

Maintenant que l’iPad est disponible ici…

Filed under: TIC — jsabourin13 @ 9:10

Voici, pour ceux qui en ont peut-être besoin, un petit document pour vous guider sur son utilisation. Comme je viens tout juste d’acquérir l’application Pages, j’ai pu tester s’il est possible de travailler directement sur mon iPad. Eh bien, j’ai été agréablement surprise malgré l’absence d’intégration des liens sur du texte ou des images. C’est le seul point qui m’est vraiment apparu comme une véritable concession par rapport à la version complète sur mon Mac, car le clavier virtuel n’a jamais été un problème pour moi.

Fait à noter, ce document était destiné plus particulièrement au patron de mon conjoint qui oeuvre dans le domaine des logiciels à caractère médical.

Voici le lien pour jeter un oeil sur les résultats de mon travail :

http://public.iwork.com/document/?a=p1085235211&d=D%C3%A9couverte_du_iPad_.pages

Source de l’image: http://macsparky.files.wordpress.com/2007/08/pages.png

mai 26, 2010

Vers la fin de l’aventure…

Filed under: École à la maison — jsabourin13 @ 1:19

Avec l’arrivée du mois de juin, ce sont les vacances scolaires qui se pointent le bout du nez. Pas que nous ayons terminé notre programme, mais plutôt que nous avions gardé des activités de sorties justement pour les trois dernières semaines. Je dois avouer que nous avions perdu beaucoup de notre rythme de croisière depuis les trois semaines en avril consacrées surtout à la pratique des examens du MELS que la responsable de la CSSMI m’avait fait parvenir. Marianne en est présentement à sa deuxième semaine, sur trois, d’évaluation officielle. Elle a donc repris le chemin de la classe depuis le 18 mai jusqu’au 2 juin. À part la chaleur, tout semble bien se dérouler pour elle…

Je viens aussi de mettre la dernière touche au eportefolio, celui conçu par une équipe de l’Université Concordia. J’ai bien apprécié l’outil et ma fille a rapidement su comment s’en servir, mais je dois avouer qu’il y a encore un peu de travail à faire pour qu’il soit vraiment intégrable dans une pratique de classe. Certaines sections devraient être réservées exclusivement à l’enseignant (e), car je ne crois pas que les élèves, surtout au primaire, soient en mesure de jongler avec le genre de vocabulaire qu’on y retrouve. N’ayant pas eu à faire la gestion de toute une classe, je ne sais pas s’il est possible de faire une fiche et ensuite de la verser à tous les élèves. Mais sommes toutes, l’expérience a été positive et bien adaptée à nos besoins spécifiques. Un gros merci à l’équipe de ePearl/Perle!

Nous n’en sommes pas encore rendus à la conclusion, mais presque…

mai 25, 2010

Les affres de la correction

Filed under: École à la maison,Réforme scolaire — jsabourin13 @ 3:45

Il y a bien une semaine que j’ai terminé l’administration de l’examen de français du MELS, partie production écrite, mais je me demande toujours quelle note attribuer à ma fille. J’hésite entre le niveau B, C et même peut-être D tellement ce n’est pas clair. Est-ce que son texte est rempli de fautes d’orthographe? Pas vraiment et même que selon le barème du guide pour cette partie son niveau serait A (moins de 4 % de fautes). Je dirais que le pire ce serait la ponctuation, car elle oublie presque toujours les virgules et qu’elle n’est pas très généreuse pour les points non plus, un niveau D selon ce que je comprends de la grille de correction. Le vocabulaire… Niveau C probablement, ce qui ne correspond pas à la réalité de celui qu’elle utilise en parlant, qui lui est au-dessus de la moyenne. J’ai l’impression qu’elle a été prudente dans le choix des termes pour s’assurer d’un moins grand nombre de fautes d’orthographe, mais ce n’est qu’une hypothèse. Pour l’organisation du texte, j’irais sans hésiter pour un niveau B surtout parce que j’ai dû argumenter un peu avec elle sur l’ordre de deux phrases vers la fin du texte.

Donc je me retrouve avec un A, un B, un C et un D pour 4 critères sur 5. Déjà là, avouez que rien ne me permet d’avoir une note globale déterminante. Et le dernier critère, qui est en fait le premier sur la liste, est celui qui me pose le plus de problème. Il s’agit de la pertinence du texte, en lien avec le sujet. C’est ici que j’ai un sérieux questionnement sur ce type de correction… Pas sur la grille en tant que telle, mais bien sur l’angle choisi pour élaborer les échelons. Il s’agit ici, selon moi, d’un jugement basé sur des valeurs personnelles plutôt que sur la valeur du propos, une situation inappropriée dans le cadre d’une évaluation aussi importante que celle-ci. C’est à se demander s’il s’agit d’un examen de savoir-être plutôt qu’un d’écriture…

avril 19, 2010

Petit voyage dans la contrée du iPad

Filed under: TIC — jsabourin13 @ 2:28

Je l’ai déjà avoué, et je le prouve une fois de plus, je suis très technophile. Oui, c’est au point d’aller faire un petit tour aux États-Unis pour y dénicher cette nouveauté qui ne sera pas disponible ici avant au moins un autre mois. Et pourquoi pas en faire un voyage à caractère pédagogique en même temps? En plus, ma fille ne demande pas mieux que de voyager. Elle adore la route et ne se fait surtout pas prier pour dormir à l’hôtel… Avec le beau temps que nous avons eu en grande partie cette semaine, ce fut très agréable.

Passons maintenant au sujet principal : le iPad en tant qu’outil, pédagogique ou autre. Peut-on parler de révolution? Probablement pas encore, mais d’avancée technologique, très certainement. Et un des points forts du iPad est son interface intuitive qui convient aussi bien à de très jeunes enfants qu’à des gens âgés qui n’ont plus leurs pleines capacités. Ce simple fait nous permet d’envisager plus sérieusement des scénarios, jusqu’ici trop complexes à installer, et de nous concentrer sur l’acte d’apprentissage. Autrement dit, il s’agit d’une technologie qui peut enfin être au service de la pédagogie sans la majorité des problèmes techniques habituels (installations physiques, formations diverses, encombrement…).

Physiquement l’appareil apporte un confort d’utilisation à des fins scolaires que les iPhone, iPod touch, ou autres n’ont pas, même si les jeunes sont généralement à l’aise avec eux. Personnellement, je le vois très bien remplacer avantageusement les cahiers et manuels, d’abord, pour ensuite compléter le tout d’une connexion internet qui permet enfin d’offrir la possibilité des recherches pour les projets sans avoir à déplacer qui que ce soit. Fini les problèmes de réservation pour les laboratoires d’ordinateurs souvent désuets ou pour la bibliothèque avec tout ce que ça implique.

On pourrait s’arrêter là et on aurait déjà une amélioration intéressante par rapport à la situation présente. Heureusement, il y a possibilité pour tellement plus encore. Déjà, depuis l’avènement du iPhone, nous avons pu constater que c’est l’imagination des développeurs qui a su ajouter une dimension vraiment intéressante de par les nombreuses applications qui ont été créées. L’iPad, avec ses dimensions plus proches d’une tablette à dessins, fera continuer cet afflue de nouveautés surprenantes comme en font foi les applications telles que :

Magic Piano

The elements: A visual exploration

Crazy shodo

Ce ne sont là que quelques exemples que j’ai pu expérimenter personnellement et qui, à mon avis, ont réussi à exploiter les capacités de l’interface tactile. Le meilleur reste sûrement à venir en plus.

avril 11, 2010

Une cliente satisfaite

Filed under: École à la maison,Enseignement à distance,TIC — jsabourin13 @ 3:58

Dans un article précédent, j’ai mentionné, parmi d’autres, un service internet dédié aux mathématiques. À ce moment-là, mon expérience était quand même assez limitée et ma fille ne se l’était pas encore approprié suffisamment pour que je puisse en faire une analyse plus poussée.

Après deux mois d’utilisation, je peux dire que je ne suis pas déçue d’avoir investi les quelque soixante dollars d’abonnement annuel. En plus d’être adapté à notre programme d’enseignement, le site contient plusieurs outils merveilleusement adaptés aux apprentissages par ordinateur, et ce,même à distance.

Je vous en donne un exemple pour que vous puissiez en juger par vous-même.

Voici d’abord ce qui vous accueille une fois vos coordonnées entrées:

On choisit la bonne année,(ici 3e cycle du primaire) ainsi que la matière voulue.

Cette semaine, nous avons travaillé les opérations sur les fractions. Une fois le choix fait, nous arrivons dans une section qui donne le choix entre l’exploration, la pratique ou la révision.

Comme nous en sommes au tout début, nous y allons pour l’exploration.

Ici se présente à nous un outil qui permet de travailler sur l’addition de fractions. On peut y entrer nos propres chiffres ou encore profiter de la fonction automatique avec ses deux niveaux de difficulté. L’accompagnement se fait étape par étape tout en offrant des indices ou des explications si nécessaire. Quelques outils comme les calculatrices et un index des termes mathématiques sont disponibles en tout temps.

Il était fascinant de pouvoir suivre en direct l’acquisition d’un savoir nouveau comme ce fut le cas grâce à ce système. Je voyais immédiatement ce qui accrochait et j’ai pu accompagner ma fille avec de petits conseils pour ensuite la voir reprendre le contrôle de ses apprentissages. J’essayais d’imaginer faire la même chose pour une classe par l’entremise d’un programme comme iTALC. Je ne sais pas si la chose est réaliste, mais au moins la possibilité existe. De plus, les progrès sont enregistrés dans un porte-folio.

En bref, il s’agit d’un service d’origine québécoise de grande qualité qui nous vient directement de la passion d’enseigner d’un certain Claude Laverdure. Bravo à toute l’équipe!

avril 4, 2010

Partage en ce congé pascale

Filed under: TIC — jsabourin13 @ 10:42
Tags: , , , , ,

Cette idée de faire un travail de défrichage parmi toutes les applications qui peuplent mon iPhone me trotte dans la tête depuis un bon moment. Il faut dire qu’avec un total d’environ 400, la tâche était digne des habituels ménages de printemps. Ayant enfin trouvé une façon de classer le tout, je me suis lancée dans cette entreprise pour parvenir à un résultat que je souhaite maintenant partager avec vous. Le tout est présenté sous format PDF que vous pouvez télécharger à partir du service Drop.io.

Commençons d’abord par la partie ludique de ma sélection. Douze petits jeux pour se détendre ou passez le temps et qui, surtout, profitent avantageusement de l’interface du iPhone ou iPod Touch.

Ensuite allons-y pour les applications destinées plus particulièrement aux enseignants. Pas moins de trente-six applications qui peuvent servir à tous ceux qui oeuvrent dans le merveilleux monde de l’éducation. Elles sont présentées par catégorie et celles, disponibles dans une version française, y apparaissent sur fond bleu.

Et pour terminer, celles qui peuvent servir un peu a tout le monde. Voici, pour vous, huit utilitaires sympathiques.

Voilà, c’est tout! Joyeuse Pâques!

Josée xox

mars 31, 2010

Le temps des évaluations…

Filed under: École à la maison — jsabourin13 @ 11:06
Tags: , , , ,

La semaine dernière, j’ai reçu une enveloppe de ma commission scolaire contenant les épreuves uniques du MELS pour la fin du 3e cycle primaire de l’an passé. Le tout était accompagné d’une lettre m’expliquant qu’il était temps de penser à la préparation des examens pour ma fille. C’est donc ce que nous avons entamé cette semaine, à commencer par les mathématiques. La thématique : un album souvenir. (Eh oui, c’est pour ça l’article précédent…) Je dis bien entamer seulement, car le tout devrait se répartir sur environ 3 semaines. Et ça, c’est la préparation à l’examen, pas l’examen lui-même. Ce qui m’amène à me questionner ici sur le processus d’évaluation.

Premièrement, je dois dire que le temps qui me reste pour couvrir la matière du primaire me semble tout à coup beaucoup plus restreint. Ma planification s’étendait sur 20 semaines soit de fin janvier à fin juin, mais tout à coup je me rends compte qu’il faut retrancher au moins 4-5 semaines pour les consacrer à l’acte d’évaluation finale, car celui-ci ne se résume plus à des examens d’une durée très limitée. Heureusement que toutes les activités peuvent devenir des objets d’évaluation formative à mettre au porte-folio, car je me retrouverais sérieusement dans l’embarras. Je vais quand même devoir faire des ajustements d’ici la fin.

Deuxième point, la quantité de matière à couvrir. Ici je dois avouer mon scepticisme sur la façon de mesurer utilisée par le ministère pour mettre en relation les objets d’apprentissage et la réalité temporelle. Pour mieux faire comprendre mon point, je vais retourner dans mon champ de compétence, à savoir les sciences, en comparant la situation avant et après l’arrivée de la réforme en 4e secondaire.

Prenons d’abord le cours de SCP 416, soit celui des sciences physiques régulières: 150 heures à faire, 3 modules, propriétés et matière, phénomènes électriques, phénomènes ioniques séparés chacun en 6 ou 7 chapitres. Si chaque chapitre contient environ 3 concepts, nous arrivons, grosso modo, à 75 objets d’apprentissage. L’épreuve unique, partie écrite, contenait 25 questions.

Maintenant, allons voir ce que contient le nouveau SCT 404, soit science et technologie, version de base: 100 heures à faire, 4 univers, matériel, vivant, terre et espace ainsi que technologique. Les univers ne sont pas couverts de façon égale, car chaque année du secondaire se concentre sur une thématique plus particulière. En secondaire 4 c’est l’environnement qui est à l’honneur. Mais tout bien comptée j’arrive à 65 concepts différents. Combien se retrouveront à l’épreuve unique? Pratiquement tous comme vous pourrez le constater dans ce document de préparation que j’ai fignolée pour l’examen de juin 2009 dans le but d’aider mes élèves à s’y retrouver.

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, je ne vois pas comment il peut être possible de voir presque autant de matière, avec le tier du temps amputé, tout en appliquant les principes de la pédagogie par projet. Et là je n’ose même pas évoquer les problèmes de gestion de classe… J’ai dû manquer une formation quelque part ou c’est une nouvelle forme de mathématique pédagogique qui m’échappe. Mais en bref, je me demande comment je vais pouvoir arriver à couvrir tout ce qu’il faut pour ma fille, car je fais face à cette problématique pour toutes les matières, sauf l’anglais. Une chance qu’ici la gestion de classe est plutôt tranquille…

Pour finir, il y l’évaluation en tant que tel, c’est-à-dire le jugement que je devrai porter sur ce que ma fille a pondu comme réponses. Ici je vous rassure si jamais vous pensez que je pourrais être biaisée, car je vous rappelle que ce ne sont que les pratiques en vue de l’évaluation formelle par le MELS, qui elle, aura lieu au même moment que pour tous les autres finissants du primaire. En fait, mon problème est d’avoir un jugement qui serait le plus proche possible de celui qu’aurait un spécialiste du primaire pour donner l’heure juste à ma fille. Je ne veux pas la décourager tout comme je ne veux pas non plus lui donner une fausse impression de maîtrise. J’ai beau regarder les exemples de réponses, rien ne ressemble tout à fait à ce que je vois sur les feuilles réponses. Je compatis avec tous ceux qui vont avoir des piles de copies à évaluer. Ce n’est pas une partie de mon travail qui me manque…

mars 30, 2010

Matinée nostalgie…

Filed under: Réforme scolaire — jsabourin13 @ 5:06

J’ai fait mes premiers pas en enseignement au tout début des années 1990. Je me souviens d’un cours de sciences générales qui était un précurseur du tout nouveau programme de sciences physiques 416-436 qui allait introduire le monde de la science à une plus grande partie de la population scolaire. Les premières années d’implantation ont été difficiles à plusieurs niveaux : nouvelle approche STS /constructiviste à apprivoiser, taux d’échecs importants, élèves récalcitrants… Il a bien fallu quelque 4-5 années d’expérience pour arriver à un équilibre intéressant. Je me souviens d’une décision qui a fait une grande différence à l’époque : la mise en place de prérequis comme la réussite des mathématiques de niveau comparable. Le principe était assez simple sur papier surtout que les mathématiques étaient cloisonnées de la même manière que les sciences physiques. Donc, un élève inscrit en mathématique 436 pouvait accéder au cours plus avancé soit sciences physiques 436. Il s’agissait d’un choix, car le cours régulier lui était aussi offert, mais l’inverse n’était pas possible à moins d’un cas d’exception. Résultats de l’opération : des groupes beaucoup plus homogènes et surtout des taux de réussite beaucoup plus acceptables. Bon an mal an, le pire scénario que je me souviens avoir connu est un taux d’échec de 15 %, peut-être un peu plus. Et de ce nombre, plusieurs se retrouvaient à refaire le cours l’année suivante et les cas de triple échec n’étaient pas tellement fréquents… Du moins dans mes souvenirs. Et je suis à même d’en parler, car j’ai souvent choisi d’enseigner aux groupes de doubleurs selon notre appellation. J’enseignais à la PST à cette époque…

Et puis un jour de mutation, j’ai choisi une autre école, comme ça, pour changer d’air un peu. La rentrée de 2004 va se faire à la PDM pour moi, pour le meilleur et pour le pire… Ce fut aussi le début des grands bouleversements à commencer par le démantèlement des écoles de cycles au profit des écoles de quartier. L’organisation scolaire se transforme pour s’adapter à la réforme : la classe hétérogène devient la norme, intégration et pédagogie par projets obligent. L’enseignement coopératif laisse entrevoir des possibilités qui permettraient aux plus forts des élèves d’entraîner les autres vers une plus grande réussite. Pour être franche, le seul entraînement que j’ai pu observer n’a pas été dans le bon sens. Pourtant, je ne suis pas contre la réforme et encore moins pour un retour en arrière. Je suis convaincue que les projets ont leur place à travers les différentes stratégies, y compris les méthodes plus traditionnelles remises au goût du jour. Mais à vouloir tout changer à la fois, sans balises pour des changements aussi fondamentaux que l’intégration des EHDAA, on se retrouve dans des situations où tout bascule. Et la débâcle n’est même pas finie… D’enseignante passionnée et confiante, je suis devenue autre chose. Je ne trouve pas les mots exacts pour exprimer ce que je ressens maintenant, mais je sais que je ne suis plus celle que mes anciens remercient chaleureusement dans mes nombreux albums de finissants.

mars 29, 2010

Les aventures d’un ourson pour explorer les environs…

Filed under: École à la maison,TIC — jsabourin13 @ 8:10
Tags: ,

C’est en explorant les richesses infinies du web, en passant par ici, que je suis tombée sur une idée de projet pour enrichir les connaissances de ma fille sur notre quartier. Voyant là des possibilités multidisciplinaires, il ne m’en fallait pas plus pour intégrer les mathématiques, l’univers social et les arts visuels dans une activité amusante et créatrice.

Et c’est ainsi que Nounours, notre mascotte, sera trimballé, géotaggé et photographié, dans une douzaine de sites représentatifs de notre quartier.

Si jamais l’activité vous intéresse, en voici le document déposé sur Drop.io.

Nous avons utilisé l’application du iPhone, Comic Touch pour mettre une touche d’humour dans nos photos.

Comme la météo n’était pas clémente, nous avons prévu de continuer l’aventure plus tard cette semaine.

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.